La situation Leblanc/Kajic/BFL: Qui est à blâmer?

L’un des combats les plus attendus du début de l’année 2020 était le combat principal du BFL 65 prévu pour ce samedi, 8 février, entre Julien Leblanc et Dejan Kajic. Comme vous le savez probablement déjà, une série de péripéties sont venues annuler le combat à moins de 48 heures de l’événement, laissant les trois partis impliqués en colère les uns contre les autres. Voici mon analyse de la situation Leblanc/Kajic/BFL où je tente de trouver qui est à blâmer?

Alors le tout commence jeudi soir, Julien Leblanc se dirige vers l’aéroport d’Ottawa où il doit prendre un vol en direction de Toronto, d’où il rejoindra ensuite Vancouver. C’est en attendant son vol que la tempête a frappée. Le vol a tout d’abord été retardé de 2 heures, puis de 3 heures. À ce moment là, Leblanc avait déjà raté son vol en direction de Vancouver mais décide néanmoins de se rendre à Toronto pour prendre le premier vol du lendemain matin. Finalement, les passagers sont appelés a monter à bord de l’avion vers 22h, mais l’avion reste clouée au sol. Près d’une heure plus tard, les employés de West Jet annoncent que tous les vols prévus à l’aéroport d’Ottawa sont annulés jusqu’au lendemain matin à cause de la tempête. Quelques instants plus tard, Leblanc apprend que même les vols du lendemain matin sont retardés car les accumulations de neige ne prévoient pas arrêter avant la fin de l’avant-midi de vendredi.

Il ne reste maintenant que deux options pour Leblanc: Prendre un vol en après-midi vendredi et arriver à Vancouver plus tard dans la journée. Julien croit que cette option l’empêcherait 175lbs, lui qui avait déjà entrepris sa coupe de poids avant de décoller d’Ottawa et qui ne “pouvait pas passer 36 heures déshydraté sans boire d’eau ni manger” et penser se battre convenablement le lendemain. Il pouvait toutefois se rendre sur place et essayer de faire son mieux, sans garantir de résultats. L’autre option, c’était de s’entendre avec Dejan Kajic et la promotion pour un “catchweight” à 185lbs. Julien mentionne que c’est le poids que les deux combattants pèsent dans la vie de tous les jours et que les deux combattants n’auraient qu’à ne pas couper de poids. Évidemment, cette situation fait que la ceinture ne pourrait pas être en jeu, mais rendu là, Julien s’en fou, il veut juste se battre. La demande est cependant refusée par le clan Kajic même après que les deux adversaires se soient parlés au téléphone.

Julien n’abandonne tout-de-même pas. Il trouve le seul vol du lendemain matin vers Toronto qui n’est pas encore annulé. Il doit cependant débourser 900$ de sa poche. Il contacte donc la promotion qui refuse de payer pour le billet et qui réitère que le combat aura lieu à 175lbs, ou pas. Julien accepte mais lorsque BFL contacte son adversaire, Kajic mentionne qu’il croyait que le combat était déjà annulé. Il venait de boire de l’eau et manger et ne pouvait plus faire le poids lui non plus. Julien propose encore un catchweight a leurs poids naturels mais la promotion refuse encore une fois. Le combat a donc été annulé et Julien n’est juste jamais décollé d’Ottawa.

Par la suite, Julien a publié un vidéo sur son compte Facebook faisant part de sa mésaventure avec la promotion et exprimant son mécontentement:

Il explique qu’il y a déjà un mois qu’il a communiqué avec la promotion pour leur dire que de le faire arrivé à 1h am le jour de la pesée est beaucoup trop risqué, connaissant la météo Québécoise habituelle en Février. Le fait que Leblanc devait prendre le dernier vol de la journée ajoutait au risque, puisque si le vol était annulé, il n’allait juste pas pouvoir arriver à temps pour la pesée. Cette crainte de Julien et son équipe provenait sans aucun doute du fait que son entraîneur et lui ont vécu la même situation en fin Décembre alors qu’ils devaient se rendre en Corée pour être dans le coin de Marc-André Barriault avant qu’une tempête ne vienne gâcher leurs plans.

Ce même Barriault devait lui aussi prendre le même vol pour Vancouver que Leblanc en compagnie de Jade Masson-Wong qui se battait sur la même carte. Ils ont cependant décidé de s’acheter un billet d’avion avec leur propre argent dans le but d’être certains d’être là bas à temps, ils ont dû débourser pour les nuitées d’hôtel supplémentaires aussi. On peut dire qu’ils ont pris la bonne décision, bien que pas la moins coûteuse.

Il était malheureusement impossible pour Battlefield Fight League de devancer la date du vol. Julien attribue plutôt ce vol tardif au fait que la promotion “veut leur mettre des bâtons dans les roues” et ainsi “favoriser leur champion qui est de Vancouver.” En plus, il dit que la promotion n’a rien fait pour les aider à trouver un plan de rechange une fois a l’aéroport et qu’ils ne répondaient même pas à ses messages et à ceux de son agent.

Lorsque Battlefield Fight League a annoncé l’annulation du combat, on sentait qu’ils mettaient clairement le blâme sur Julien. Ils l’accusaient pratiquement de ne pas être en mesure de faire le poids. L’événement a eu lieu samedi et la poussière semblait avoir retombée. Ça, c’est jusqu’au moment où Dejan Kajic a publié un vidéo sur son compte Facebook pour faire part à ses partisans de son point de vue sur l’annulation de son combat.

On remarque assez rapidement une énorme différence d’interprétation de la situation entre les partis impliqués. Évidemment, Kajic est extrêmement déçu d’avoir vu son combat annulé et il dit lui-même ne pas trop savoir pourquoi tout ça est arrivé. Il nous donne cependant son compte rendu des événements.

Le début de l’histoire est le même, Julien a manqué sa correspondance à Toronto à cause de la tempête de neige. C’est après qu’on note que la raison de l’annulation du combat n’est pas la même d’un côté à l’autre du pays. Du côté de Leblanc, il est fâché après la promotion d’avoir prévu ses vols aussi tard et il croit que c’était volontaire pour le désavantager. Du côté de Kajic et de BFL, ils croient que Julien n’allaient pas être en mesure de faire le poids et qu’il cherchait une entente pour s’avantager.

Kajic explique dans son vidéo que la commission athlétique de la Colombie-Britannique autorise deux moments différents pour la pesée, à 11h le matin et à 18h le soir. Il aurait donc été possible pour Leblanc d’arriver à Vancouver vendredi matin et de faire sa coupe de poids pour la pesée du soir. Le fait d’être la finale lui donnait aussi plus de temps pour se réhydrater, lui qui allait se battre tard en soirée samedi. BFL considérait donc que Leblanc avait assez de temps pour faire le poids.

Je ne sais juste pas si cette information s’est bien rendue jusqu’à Leblanc et son gérant, puisque le Québécois continuait d’affirmer qu’il allait être impossible pour lui de faire le poids. Selon Kajic, les responsables de BFL ont même contactés la commission pour savoir s’il était possible d’étirer la fenêtre d’une heure ou deux pour s’assurer que Leblanc puisse faire le poids. La commission a accepté, mais Leblanc non.

Kajic mentionne ensuite que la promotion était ouverte à faire un catchweight si Leblanc était pour peser quelques livres en trop, Julien voulait cependant monter le combat d’une division de poids au complet, soit à 185lbs. C’est à ce moment là que la promotion ont commencés à douter de la capacité de Julien a faire le poids prévu de 175lbs. Ils lui ont même demandé de leur envoyer un vidéo de lui sur la balance pour voir à quel poids il était jeudi soir, mais étant pris à l’aéroport il était impossible pour Julien de fournir ce vidéo.

Kajic et BFL sont devenus encore plus suspicieux lorsque le gérant de Leblanc leur a dit qu’il pesait déjà 185lbs au moment de demander le catchweight. “Comment tu penses que tu peux venir dans la ville de quelqu’un d’autre, te battre pour une promotion pour laquelle tu ne t’es jamais battu auparavant et me défier pour ma ceinture sans être prêt à couper une seule livre,” se questionne Dejan dans son vidéo. En tant que champion, Kajic croit que ce n’est pas à lui de se plier en quatre pour accommoder son adversaire et il n’allait pas accepter un combat à une division de poids de plus que celle pour laquelle il s’était préparé.

Selon Kajic, la promotion BFL a été très active pour tenter de trouver des solutions au problème de poids et c’est Julien Leblanc et son gérant qui n’étaient pas ouvert à faire des compromis pour sauver le combat. C’est la raison pourquoi le combat a été annulé, selon eux. Kajic se dit déçu que Leblanc ait rebroussé chemin au premier problème qui s’est présenté et il se sent comme s’il s’était fait dérobé de l’opportunité de se battre.

Donc, comme vous pouvez voir, bien que l’histoire racontée par les deux combattants impliqués se ressemble, il est assez clair que la raison principale de l’annulation du combat n’est pas la même pour les deux camps. Leblanc blâme BFL de ne pas avoir été prévoyants au niveau des vols et les accuse de ne pas avoir essayé de régler le problèmes dont ils étaient la cause. BFL blâme Leblanc de ne pas avoir voulu faire de compromis et l’accuse de ne jamais avoir été en mesure de faire 175lbs.

Maintenant, qui est à blâmer? Pour être honnête, je ne le sais pas plus qu’avant d’avoir écrit cet article là! Oui, on peut blâmer BFL pour la planification des vols. Faire arriver un combattant de l’extérieur quelques heures avant la pesée c’est vraiment trop tard et ça ne laisse aucune marge de manœuvre en cas de problèmes. Et Dieu sait que la météo du Québec en Février a tendance a être un problème assez considérable. Mais encore là, peut-on vraiment blâmer un promoteur de Vancouver, là où il n’y a de la neige que sur le sommet des montagnes et où il fait plus de 10 degrés même en hiver, de ne pas être au courant des spécificités de la météo hivernale Québécoise? Aussi, il y clairement eu un manque de communication soit entre BFL et Julien, entre BFL et l’agent de Julien ou entre Julien et son agent, puisque je ne suis pas convaincu qu’il était au courant de la règle des deux pesées. Finalement, laisser des combattants comme Jade Masson-Wong payer pour leurs vols et nuitées supplémentaires d’hôtel… Pas Fort! Mais d’un autre côté je comprends que le budget d’une promotion locale de MMA au Canada n’est pas illimité, mais quand même. Malgré tout, je crois toutefois que rien de tout ça n’a été fait avec de mauvaises intentions par BFL.

Peut-on blâmer Julien un peu aussi? Probablement, bien que je ne suis pas de cet avis. Il aurait bien pu se taire et attendre après ses vols et faire de son mieux pour faire le poids… Il aurait même pu manquer le poids de quelques livres et personne n’en aurait fait un drame étant donné la situation dans laquelle il s’était retrouvé. On a vu beaucoup de gens surmonter de telles situation et se battre quand même. Est-ce que ces combattants là ont tendance à donner leurs meilleures performances dans ces combats là? Non! Est-ce qu’ils gagnent des fois? Oui, mais il paraissent rarement très bien même dans la victoire.

Un combattant pro, ça doit penser à soi avant tout. Julien sentait que les chances n’étaient pas de son côté dans le combat à cause de cette situation là et il a tenter de trouver une entente, qui n’était pas possible. Il a donc pris le choix conscient de ne pas se battre dans ces conditions là car il ne croyait pas que les deux combattants arrivaient avec des chances égales. Je crois même qu’il était en droit de call out la promotion s’il en ressentait l’envie. La seule chose que je peux lui reprocher est d’avoir dit que Dejan avait peur et qu’il n’avait qu’à accepter le catchweight s’il voulait tant se battre.

Car au fond, Kajic a fait la même chose que Julien, il a été égoïste et a pensé à lui. Il n’était pas prêt à accepter un combat à 185lbs alors qu’il croyait que son adversaire allait soutirer un avantage injuste de cette situation. Je crois d’ailleurs que s’il y a une seule personne sur qui on ne peut pas mettre aucun blâme ici, c’est Dejan Kajic. Le fait que Julien n’est pas été en mesure d’envoyer un vidéo confirmant son poids le jeudi rendait la situation trop risquée pour lui. Il ne pouvait pas prendre la chance de perdre contre un gars qui était dans une division de poids plus lourde que lui et de ruiner ses chances de se rendre à l’UFC. Il n’avait pas peur, je trouve ça ridicule quand j’entend dire que quelqu’un qui gagne sa vie en se battant dans une cage et qui a plus de 20 combats pro a peur d’un autre combattant. C’est juste qu’à 35 ans et avec une séquence de 4 victoires consécutives, c’est maintenant ou jamais pour Kajic et il ne pouvait pas prendre la chance de risquer tout ça en se battant contre un Poids Moyens quand il a dit dans toutes ses entrevues d’avant combat qu’il était trop petit pour se battre chez les Poids Moyens. Surtout qu’il ne pouvait pas prouver le poids de Leblanc et qu’il croyait potentiellement se retrouver contre un adversaire de plus de 200lbs dans la cage samedi.

Bref, mon analyse finale c’est que c’est de la merde! C’est de la merde pour Julien qui voit un autre combat être annulé (ça en fait genre 17 depuis le début de sa carrière), c’est de la merde pour Dejan qui voit sa potentielle entrée dans l’UFC retardée à un âge où tu veux le moins de délais possibles et c’est de la merde pour Battlefield Fight League qui a tout de même réussi à présenter un très bel événement, juste sans le combat principal que tout le monde attendait tant.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *